top of page

Joël Brunet est né en Savoie en 1967, dans une famille de cueilleurs, pêcheurs, une famille de coureurs des bois. Dès son plus jeune âge tous ses sens ont été tournés vers la nature.

Arrivé en Lorraine en 1976, c’est à l’âge de 23 ans, qu’il commence à s’intéresser à la biodiversité de sa région, surtout de sa faune sauvage et qu’il débute l’observation des carnivores. Il a été fasciné par les récits du livre de Robert HAINARD « Les mammifères sauvages d’Europe » dont il a dévoré les chapitres notamment sur le blaireau et le renard.

L’observation du renard et du blaireau a été le point de départ de sa vie de photographe de nature avant de s’intéresser plus particulièrement au chat sauvage et de se découvrir une véritable passion pour l’observation de ce félin très présent en Lorraine. Un film de 52 minutes sur l’animal verra le jour en 2017,  « De Griffes et de crocs ».   

A propos de son expo :

"J'ai vécu un traumatisme il y a quelques années, quand un renard que j'observais s'est fait tuer d'une balle à quelques dizaines de mètres de moi, depuis je vis stressé pour eux, pour moi, pour les gens qui m'accompagnent ! J'ai été témoin de trop nombreux actes ignobles et gratuits, contre le renard et autres blaireaux, chats sauvages etc .. C'est pourquoi, mettre mes images au service de sa protection a toujours été une évidence pour moi. Cette exposition, en partenariat avec L’Aspas et le Centre Athènas, a pour vocation d'aider ces deux associations, de montrer la beauté du renard, mais aussi d'expliquer son utilité dans la nature et d'essayer de ne plus l'appeler "nuisible"."

BRUNET (6).jpg
_IMG_6643NB - Copie.jpg
_BC14365 - Copie.jpg

Sommes-nous en train de perdre la neige, la glace, le froid ? Et ce dans le plus grand silence ?
Un grand nombre d’espèces animales sont intimement liées à la présence de glace ou de neige et ne peuvent pas survivre sans cela. Les changements climatiques que nous vivons actuellement touchent particulièrement les régions polaires et les animaux qui y habitent : les ours polaires accèdent de moins en moins facilement à la banquise pour y chasser les phoques ; de plus en plus souvent, les rennes n’arrivent plus à se nourrir en hiver, les eaux de pluie hivernales, phénomène nouveau, créant une couche de glace sur le sol les empêchant de trouver les lichens sous la neige ; les harfangs des neiges sont de plus en plus privés de leur principale nourriture, les lemmings dont la population s’effondre ; les sternes arctiques et autres oiseaux marins se reproduisant en Arctique sont menacés par l’effondrement des réserves de lançons, leur principale nourriture dû au réchauffement des océans ; en Antarctique, certaines colonies de manchots sont décimées dû à la hausse des températures... Toutes ces espèces, et beaucoup d’autres, sont en danger. Certaines tentent de s’adapter, d’autres n’en auront pas le temps et disparaîtront…
L’exposition « White Silence » présente une série d’images inédites mettant en valeur ces animaux dans la beauté du blanc, du silence et de la nature immaculée de l’hiver dans les grands espaces sauvages polaires et nordiques de notre planète.
A travers cette nouvelle exposition jamais présentée jusqu’alors, je souhaite mettre en lumière la combinaison éphémère et subtile de la neige, du silence et de la présence discrète des animaux habitant les endroits les plus reculés de notre planète… aujourd’hui en danger dû au dérèglement climatique.
Je souhaite sensibiliser le public à l’extraordinaire beauté des animaux ayant un lien intime avec la neige, la glace et les grands espaces.
Je souhaite enfin proposer aux visiteurs une approche contemplative où chaque image doit leur permettre d’être transporté dans ce monde de silence où le froid, la glace, les grands espaces, le blanc immaculé les pousseront à l’introspection, au voyage et à la découverte d’un univers extraordinaire qui disparait sous nos yeux dans un silence quasi-total.

Spirits (8) - Copie.jpg

« Nous voila en Ecosse dans les Highlands, ses lochs et ses vallées. Une terre brute et sauvage où j’aime me fondre. Un milieu où j’ai l’impression de faire partie d’un tout. Où les animaux se comportent à mon égard comme ils font entre eux.
C’est dans ce contexte que j’ai côtoyé des groupes de cerfs et pu passer du temps en leur présence. Ce temps, à l’opposé de la rencontre furtive, laisse place à l’expérimentation. Leurs postures, leur sérénité m’ont amené à venir naturellement à la pose longue. Comme si quelques centièmes de secondes n’auraient pas suffi à marquer la présence de ces esprits dans la vallée.
Le temps ne compte plus... A chaque rencontre, la nuit était déjà avancée lorsque l’on se quitte. Comme une ombre dans la vallée, je vois en eux l’esprit bienveillant de cette dernière. J’espère qu’ils veilleront sur elle et viceversa encore longtemps. »

Originaire du nord de la France, je suis un grand rêveur. j’ai découvert la photographie lors d’un voyage en Alaska. Adolescent, j’aimais passer ses nuits dans les champs en été à m’émerveiller devant le ciel et c’est tout naturellement que je me suis tourné vers la photographie de paysages et plus précisément vers les paysages nocturnes. Chasseur de voie lactée l’été et d’aurores boréales l’hiver, je mets en valeur les phénomènes célestes à travers les paysages qui m’entourent. J’aime redécouvrir des lieux que j’aime dans une vision différente.


«Par une nuit ou presque...»
De jour ou de nuit? Pourquoi choisir? Je vous propose une série de paysages en mode jour et nuit, Tantôt sous la voûte céleste, tantôt éclairée par l’astre du jour, c’est une interprétation du temps qui passe depuis un même lieu, tout en montrant les changements de lumière. C’est une vision, sous deux angles différents, du même paysage.

Mon enfance fut ponctuée par ces promenades dans la Nature ; de celles qui apprennent à vivre plus doucement et à voir autrement. Ainsi au fil des rivières, au coeur des bois ou au milieu des champs, mon émerveillement n’a cessé de grandir. Et avec l’âge, nourri de cette passion pour cet « ordinaire extraordinaire », comme j’aime l’appeler, j’ai voulu graver mes souvenirs dans l’image. C’est ainsi que je suis venu à la photographie … A moins que ce ne soit l’inverse ! Ma démarche si l’en est une, car par nature, comment rationaliser ce qui touche si profondément à l’émotionnel, tient peut être en ces quelques mots : Ouvrir des fenêtres pour ceux qui veulent regarder plus loin … Une photographie c’est « un petit bout de rêve déposé dans un écrin du réel »


Présentation de la série photographique "Ces conteurs muets..."
« Ils ne parlent pas ! Folie, tourments, angoisses... les espoirs, les solitudes, les évasions... La vie ou bien la mort. De leur mutisme pourtant, tants de sentiments prennent corps.
Et dans le trouble d'une communion, je m’émeus d'entendre l'histoire qui remonte de leurs entrailles. Des plus profondes racines, du tronc fort et vigoureux ou tortueux et malade, jusqu'aux branches effilées qui viennent caresser les rivages ou les rameaux crispés qui semblent implorer les cieux, chaque arbre parle et s’exprime. Si bien que dans l'intimité de l'instant il se fait l'écho de nous même !
Laissez vos yeux les écouter! Laissez les arbres vous raconter leur histoire. A moins que ce ne soit un peu la votre ... »

MAZET_J_A quoi revent les fleurs-4 - Copie.jpg

Jérémie, 37 ans, est auteur-photographe.

Ses images de nature dépeignent le plus souvent son Auvergne natale et les gorges du Haut-Allier où il réside.

Son regard photographique se construit d'ambiances sauvages épurées et de compositions graphiques originales : instants fugaces, envolées d'oiseaux, brumes, première neige...
Ses séries personnelles s'amusent à déjouer les frontières entre photographie de nature et peinture, explorant les jeux d'obscurité et de lumière, le minimalisme, la couleur et le mouvement.
Depuis 2022, sa quête d'images vient cueillir les fleurs du Massif Central sous un angle inédit, nocturne, onirique, entre portrait floral et impressionnisme.

"A quoi rêvent les fleurs"

Heure bleue dans le sous-bois. J'attends que le jour s'éteigne. Étendu sur l'épaisse litière de feuilles, ma silhouette s'efface, je me plie, rapetisse. Je pose mon coeur à la hauteur des fleurs. Quand la nuit tombe enfin, je me surprends à les entendre chuchoter. Corolles étoilées, couleurs noyées d'obscurité... Un mince trait de lumière suffit à révéler la nature de leurs pensées. A quoi rêvent-elles ?
Avec une touche de mystère, "A quoi rêvent les fleurs" remet en lumière une flore commune et parfois délaissée, quand en plein jour l'oeil les noie dans leurs multitudes, ou quand l'habitude de les voir nous les fait oublier.
Entre portrait végétal et impressionnisme, cette série photographique est empreinte d'une approche picturale et onirique, isolant les sujets jusqu'à laisser poindre en chacun leur personnalité.
Les photographies sont réalisées en Auvergne, sans trucage numérique ni multi-exposition, avec des accessoires d'éclairage spécialement élaborés pour ce projet. Et bien sûr, sans laisser d'autre trace de passage que des pensées, mélangées à celles des fleurs.

4807 m, 4810 m, 4808 m… L’altitude du mont Blanc évolue au gré des vents, des chutes de neige et des mesures des scientifiques. D’où qu’on l’observe, le mont Blanc attire tous les regards. Il entretient les passions, les rêves et les désirs.

Mais le Mont-Blanc n’est pas qu’une altitude qu’on apprend à l’école. Réparti sur trois pays (France, Italie et Suisse) et entouré de onze vallées, ce très grand massif renferme à lui seul 28 des 82 sommets de plus de 4000 mètres des Alpes et des dizaines de glaciers.

Le Mont-Blanc est un massif d’une richesse, d’une diversité de paysages et d’une beauté exceptionnelles. Ce livre lui rend hommage.

Royaume des neiges éternelles, des grands glaciers et des aiguilles inaccessibles, le Mont-Blanc est aussi intimement lié aux origines de l’alpinisme, désormais inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO.

« Mont-Blanc - Origines » est une magnifique exposition dédiée à la photographie alpine en noir et blanc. Elle rend hommage aux grands photographes alpins et propose une vision singulière des sommets majestueux du massif du Mont-Blanc.

27012018_JOB3612-Verte-Drus-etoiles-1920 - Copie.JPG
Capture d'écran 2024-05-07 143457.png

Je suis naturaliste et photographe amateur de 40 ans. Enfant du Jura, j'ai grandi dans unpetit village situé dans le Massif de Chaux. J'ai commencé la photographie à l'âge de 20 ans. Aujourd’hui, je ne fais quasiment que de la photo macro/proxi.

Passionné d'entomologie, et amateur de botanique, je prends énormément de plaisir à photographier les papillons, libellules ainsi que de nombreuses fleurs. Ces sujets offrent des variations incroyables de formes et de couleurs qui leur attribuent une beauté et une délicatesse insoupçonnées.
J'aime les lumières douces du lever ou du coucher du soleil, les ambiances de sous-bois. J'adore vagabonder le soir dans les friches ou pelouses sèches où de nombreux insectes viennent passer la nuit. J'affectionne les ambiances chaudes que procurent à la fois le coucher de soleil et les herbes sèches. Fritillaires, Anémones, Papillons, libellules, mantes, fourmilions et autres ascalaphes sont mes sujets de prédilection.

OUTREY-Benoit-Farandole de Brocéliande - Copie.jpg
planche contact exposition INSPIRATIONS.jpg
PHOTOGRAPHES INSPIRATIONS - Copie.jpg

"Inspirations"

INSPIRATIONS n’est pas une exposition comme les autres.
En 2022, Patrick GOUJON a eu une idée un peu folle. Réunir pour la première fois 25 artistes du monde de la proxi et macrophotographie artistique dans un beau livre.
Devant l’engouement de ce projet éditorial collectif, l’idée d’en faire une exposition était devenu inévitable.
L’exposition INSPIRATIONS est donc le prolongement légitime de cette aventure. Derrière la facette éditoriale adossé à cette exposition, la vocation de partager ces images est double :

 ° Démocratiser les prises de vue rapprochées sous un angle résolument artistique. Peu importe le sujet, celui-ci peut être rare ou banal. Tantôt animal, tantôt végétal, l’idée ici est de porter une attention particulière sur la petite flore et la petite faune qui nous entourent et de l’immortaliser de manière artistique. À l’heure où le déclin animal est perceptible année après années, l’exposition INSPIRATIONS est une magnifique bannière artistique de la biodiversité du petite monde animale et végétale.
° Rassembler en une seule exposition, 25 visions artistiques sur une même thématique. Cette exposition illustre le fait qu’il existe une multitude de possibilités de photographier le petit et le minuscule. 25 oeuvres pour faire résonner 25 signatures photographiques autour de la pratique de la proxi et macro photographie.
À l’image du livre, chaque image se laisse admirer.

Chaque image exposée fait référence à une image emblématique de chaque photographe. Une image par laquelle on reconnait immédiatement l’artiste.

bottom of page